Carla del Ponte fustige la commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie

Dans un entretien à un journal suisse Blick, la magistrate accuse le Conseil de sécurité des Nations unies « de ne pas vouloir établir la justice » sur la situation en Syrie.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie et opposant initialement armée et rebelles, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des années avec l’implication d’acteurs régionaux, de puissances étrangères et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 330 000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

« Au début, il y avait le bien et le mal. L’opposition du côté du bien et le gouvernement dans le rôle du mal », estime Carla Del Ponte. Désormais, « tous en Syrie sont du côté du mal. Le régime a perpétré de terribles crimes contre l’humanité et a utilisé des armes chimiques. Et l’opposition n’est désormais composée que d’extrémistes et de terroristes », juge-t-elle.

« Croyez-moi, des crimes horribles comme ceux commis en Syrie, je n’en ai pas vu au Rwanda, ni dans l’ex-Yougoslavie. »

Source :

http://www.lemonde.fr/international/article/2017/08/06/je-suis-frustree-j-abandonne-carla-del-ponte-fustige-la-commission-d-enquete-de-l-onu-sur-la-syrie_5169325_3210.html#zXqZtE3c1fpMB02X.99