Le Front National, nouveau bouclier des juifs contre l’islamisme en France…vraiment ?

Marine Le Pen faisant un bisous à son père lors d’un meeting le 1er mai 2012. Dur de se couper de ses racines… ©Blandine Le Cain, Wikimedia Commons

Depuis que Marine Le Pen a affirmé, le 22 avril 2014, que le Front National était le « meilleur bouclier » pour protéger les juifs contre l’islamisme et la montée de l’antisémitisme dans les banlieues, l’idée a fait son chemin au point que l’on compte aujourd’hui plus de juifs qui envisagent de voter Le Pen qu’en 2012. Pour autant, si la formule a l’intelligence de toucher au cœur des attentes de la communauté juive, elle ne saurait séduire au-delà de sa pédagogie, tant la réalité va à l’encontre de ce qu’elle promet. Explications.

L’opération séduction de Marine le Pen envers la communauté juive n’est qu’une opération de communication. Voici les quatre commandements que les juifs de France devront observer si le FN accède à la fonction suprême.

 

La sécurité des juifs en France, tu ne pourras que la rêver

Si Marine le Pen peut endiguer l’immigration massive et l’entrée d’islamistes sur le territoire, elle ne peut renvoyer des islamistes français pour antisémitisme. Et force est de constater, au regard des derniers événements, que ces derniers sont nombreux – devons-nous encore citer tous les actes d’antisémitisme et rappeler que les terroristes de Toulouse et de l’Hyper Cacher étaient français ? En d’autres termes, si Le Pen est au pouvoir, elle pourra certes limiter l’acquisition automatique de la nationalité par le droit du sol, mais elle sera limitée par l’octroi de la nationalité française déjà accordée aux musulmans antisémites. Quant aux fichés S, Marine le Pen souhaite déchoir les binationaux de leur nationalité et les renvoyer dans leur territoire, tandis que les Français seront poursuivis et condamnés pour intelligence avec l’ennemi et frappés d’ « indignité nationale ». Un projet certes séduisant sur le papier, mais impossible à réaliser. En effet, un fiché S ne voit peser sur lui qu’une suspicion de dangerosité, et rien ne permet de l’interpeller, de le juger et de le condamner s’il n’a commis aucun crime ou délit.  En l’absence de délit, un juge ne pourra donc, par définition, pas condamner l’individu.

A moins d’instaurer une justice parallèle et préventive, de type Guantanamo, il sera impossible d’expulser un étranger en situation régulière, de juger et d’expulser un binational ou de frapper « d’indignité nationale » (une peine qui n’existe pas pour l’heure) une personne sur la simple base du fichage S, comme le souhaite Marine Le Pen. 

Par ailleurs, étant donné que la communauté musulmane française représente 7,5% de la population française, la petite communauté juive, qui représente à peine 1% de la population française, sera toujours en nette minorité et souffrira davantage de cet écrasement démographique que ses propres droits de pratique religieuse lui seront également retirés. Ce qui nous amène au commandement suivant.


La laïcité t’empêchera d’être juif à l’extérieur

La fameuse loi de 1905 a souffert de tant d’interprétations qu’elle en a perdu son latin. La laïcité instaure la séparation de l’Eglise et de l’Etat afin de permettre d’exercer librement son culte religieux tant que cela ne porte aucun trouble à l’ordre public. Dès lors, en quoi porter une kippa, ou demander un repas végétarien pour son enfant à la cantine, nuirait-il à l’ordre public ? En voulant proscrire les burkas, burkinis  et kippa du territoire Français, Marine Le Pen confond atteinte à l’intégrité de la personne humaine et simple pratique religieuse. La kippa laisse le visage et le cou découverts et n’empêche pas des contrôles de sécurité dans les aéroports. Le juif n’a jamais représenté aucune menace et n’a jamais été l’auteur d’attentats en France. Et, pour dire les choses simplement, quel lien a cette mesure avec le développement de l’islam en France ? Pense-t-elle sérieusement réduire le prosélytisme musulman en interdisant les kippas en même temps que les burkas ? Marine le Pen met ici sur un pied d’égalité les juifs porteurs de kippa et les musulmans qui utilisent leur religion à des fins politiques ou pour commettre des attentats. Il semble évident que cette mesure vise, en réalité, à rassurer le noyau dur de ses électeurs, antisémite et islamophobe.

Tu seras toujours sa cible dans sa lutte contre le communautarisme…

…parce que le communautarisme est son cheval de bataille. Et, par communautarisme, Marine le Pen entend aussi bien le communautarisme musulman que le « système » de notre communauté juive qu’elle n’a jamais eu de cesse de combattre. Rappelons un instant sa définition de ce « système », illustrée dans une émission du 4 avril 2012 avec Guillaume Durand : « c’est le système qui mange ensemble, qui a été élevé ensemble, qui met ses enfants dans les mêmes écoles, et qui a squaté le pouvoir dans notre pays en l’arrachant au peuple français. Mon but est de prendre ce pouvoir à ce système et de le rendre au peuple français. C’est tout le sens de ma candidature tout le sens du combat que je mène depuis déjà de très nombreuses années. » Dans cette interview Marine le Pen faisait nettement allusion à la communauté juive via Publicis et son directeur, juif, marié à Anne-Sophie Lapix qu’elle déclare ouvertement détester.

La suite se déduit alors facilement : si, déjà, l’antisémitisme de Marine Le Pen est ici à peine voilé, il sera carrément ouvert une fois élue. Après le communautarisme islamique, ce sera « le système » qui sera combattu. Nous ne pourrons plus mettre nos enfants dans les mêmes écoles, pratiquer notre religion en paix et en sécurité, ni même obtenir de hautes fonctions car nous « squatterons » alors le pouvoir en France. A quand, ensuite, une loi interdisant aux juifs l’accès aux fonctions d’enseignement, d’avocats et aux grandes fonctions de France ? Cela ne vous rappellerait pas quelque chose ?

L’Histoire, tu en feras un disque rayé

L’idéologie nazie a toujours nourri celle du front national, et ce dès sa création. Léon Gaultier, professeur d’histoire, ancien membre de la Waffen-SS, a été membre fondateur du conseil national du Front national. Pierre Bousquet, secrétaire général du Parti de l’unité française et ancien de la division SS Charlemagne, a également été l’un de ses fondateurs. Pierre Durand, journaliste condamné en 1990 pour provocation à la haine raciale, ancien commentateur des discours de Hitler et de Pétain, a été le trésorier du Front National. Il suffit de rechercher un instant les noms et le passé de ceux qui ont fondé ce parti pour comprendre que leur appartenance à l’idéologie nazie n’est non seulement pas un cas isolé, mais une recherche identitaire assumée et revendiquée.

Pour ceux qui en doutent encore, devrions-nous oublier les saillies antisémites de Jean-Marie Le Pen sous prétexte qu’il s’agit désormais de la fille, dont les calculs et les manipulations ont œuvré à la dédiabolisation du parti sans pourtant réussir à convaincre que les plus naïfs ? Il y a quelques jours encore, Marine Le Pen elle-même avait été l’auteur de son désormais tristement célèbre « la France n’était pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv », dédouanant ainsi l’état français de toute responsabilité dans cet évènement abominable et, par extension, dans les atrocités commises par le régime de Vichy pour se montrer encore plus zélé que Hitler lui-même.

En conclusion, si vous votez Marine le Pen, votre vote se retournera vite contre vous-mêmes. Vous, ainsi que vos enfants, en sentirez rapidement les répercussions. Et encore, nous n’avons ici évoqué que les principales conséquences qui toucheront les juifs de France. Quant aux autres, telles que la sortie de l’Union Européenne, le rétablissement du Franc et la déflation de sa valeur, le rétablissement de la peine de mort, le déremboursement de l’IVG…on en parle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *